«

»

De l’amour et des dettes

 Bob Proctor : « Plus vous pensez “dettes” plus vous les attirez ! »
Cette déclaration jetée en pleine figure, et venant d’un homme qui enseigne la loi de l’attraction depuis cinquante ans, m’a secouée.
J’ai trouvé un autre sujet de perplexité en écoutant Michele Blood qui n’a peur de rien et introduit son jingle « I am a magnet to money » par des déclarations du genre: « Parlez à votre argent, appréciez votre argent, et l’argent vous le rendra et aimera être avec vous. »
Ainsi donc l’argent serait à courtiser.
En ce mois de janvier, un article que je viens de traduire, de Larry Winget, le pitbull du développement personnel aux Etats-Unis, remet les dettes des cartes de crédit à leur place. L’amour aussi.

« Vacances . . . Argent . . . Amour . . . et Le budget.

 Décembre 2, 2010 | de Larry Winget | In Money & Personal Dev |

 J’adore les vacances. J’adore acheter des cadeaux pour les autres et j’adore la bousculade des magasins. J’adore voir les enfants hurler de joie en faisant la queue pour s’asseoir sur les genoux du Père Noël. J’adore l’émotion qui me prend quand je donne quelque chose qui, je le sais, va vraiment faire plaisir à la personne qui le reçoit. J’adore aussi avoir fait une bonne affaire et m’en être bien tiré. Je suppose que vous et moi avons beaucoup en commun, quant aux achats de Noël. Je suppose que nous avons aussi en commun la peur de recevoir un cadeau de quelqu’un pour qui nous n’avions rien prévu. Ou l’idée que quelqu’un puisse dépenser plus pour vous que vous n’avez dépensé pour lui et votre embarras quand vous vous en rendez compte. Tout cela se combine pour vous jeter tout droit dans le désastre financier des dépenses de Noël. Pour couronner le tout, c’est un fait que la plupart des gens n’ont tout simplement pas autant d’argent qu’avant, vous ajoutez à cela une petite couche de culpabilité et de honte, d’embarras et d’humiliation, et voilà la joie des vacances envolée.

Un air de déjà vu ? Bien évidemment. Je fais exactement comme vous et comme tous ceux que vous connaissez. Alors, que faire pour y remédier ? Suivez ces étapes et vous passerez de bien meilleures vacances tout en gardant des finances saines même quand les vacances seront finies depuis longtemps.

1. Faites face à la réalité. La vérité c’est que beaucoup de ceux qui découvrent le montant de leurs cartes de crédit Mastercard ou Visa ce mois-ci sont encore en train de payer pour les cadeaux de Noël de l’année dernière. Décidez de ne PAS avoir de dettes cette année. Prenez cette décision et ne faites pas de dettes. « Mais Larry, me direz-vous, si je ne prends pas de crédits alors je ne pourrais rien acheter ! » Bienvenue dans votre nouvelle réalité. Si vous ne pouvez pas vous permettre d’acheter quelque chose, vous ne l’achetez pas. C’est aussi simple que ça. Vous auriez dû faire un budget pour les achats de Noël et si vous ne l’avez pas fait, vous ne dépensez aucun argent.

2. Communiquez. Parlez aux membres de votre famille et dites-leur où vous en êtes financièrement. Dites-leur la vérité sur votre situation financière et dites-leur que cette année ce sera différent. Expliquez-leur que vous n’allez pas faire de dettes juste pour leur acheter des choses dont ils n’ont pas besoin. Essayez la bonne vieille honnêteté d’antan ! Si vos enfants sont petits, vous n’avez pas besoin d’avoir cette conversation avec eux, vous devez faire preuve d’imagination. Le meilleur Noël dont se souviennent mes garçons, c’est celui où j’étais complètement fauché et j’ai dépensé $50 au magasin de surplus militaire.  La communication ouverte est la clé d’une famille heureuse et vous devez dire la vérité aux vôtres bien à l’avance afin de créer des attentes réalistes.

3. Faites une liste d’achats. Prenez papier et stylo et écrivez en noir et blanc ce que vous allez acheter, combien cela vous coûtera et voyez si vous avez assez d’argent pour l’acheter. Suivez votre liste. N’allez pas simplement « faire les achats de Noël ». Les gens qui le font achètent de la camelote dont ils n’ont pas besoin et dépensent plus que le budget prévu.

4. Pas d’électronique. Si, si, vous avez bien lu. Aucun truc électronique. L’électronique est en train de détruire nos enfants. Vous ne me croyez pas ? Si vous voulez des preuves, lisez mon livre : « Vos enfants sont votre propre faute : un guide pour en faire des adultes responsables et créatifs ».   Achetez des ballons de foot, de basket, de baseball, de football américain et des balles. Achetez des bicyclettes, des jeux de société, des puzzles, des skateboards, des yoyos. « Mais mes enfants veulent des jeux électroniques ! » C’est vous le parent, alors agissez comme tel. Achetez-leur des choses qui les fassent bouger, réfléchir et jouer dehors, et qui nécessitent que vous jouiez avec eux. Vous savez bien, jouer, comme un vrai parent qui s’implique dans la vie de ses enfants ! En plus, l’électronique coûte trop cher et rend vos enfants gros, paresseux et bêtes.

5. Méfiez-vous des bonnes affaires. Assurez-vous que le prix n’a pas monté avant de baisser. Faites vos devoirs. Ne comptez pas sur le magasin pour vous dire la vérité – faites votre investigation !

6. Pas de cartes de crédit des magasins ! Ils prétendent que vous pouvez économiser 10% sur vos achats en ouvrant une carte de fidélité aujourd’hui. Ne le faites pas, c’est un attrape-nigaud. « Mais Larry, j’économise 10%, c’est pas mal ! » Non, c’est une idiotie. Vous avez déjà trop de cartes de crédit et c’est un stratagème pour vous faire dépenser davantage lors de l’achat initial et à l’avenir.

7. Economies et soldes. Comprenez bien ceci : si c’est en vente pour 40% de moins, vous dépensez quand même 60%. Vous n’êtes pas en train d’économiser de l’argent, vous êtes en train de dépenser de l’argent. Même si ce n’est pas autant que vous auriez dépensé, vous dépensez quand même, vous n’économisez pas. Croire que dépenser c’est économiser, en voilà une idiotie !

8. Votre amour pour une personne n’est pas fondé sur la somme d’argent que vous dépensez pour elle. Dites-lui que vous l’aimez. Dites-lui votre amour tout au long de l’année si bien que vous n’aurez rien à prouver quand Noël arrivera. Les cadeaux ne sont pas à la hauteur de l’amour. Aimer est à la hauteur de l’amour. Aimer votre famille suffisamment pour être financièrement responsable.

9. Faites vos cadeaux vous-mêmes. Mettez-vous à la pâtisserie ou aux travaux manuels. Les cookies, gâteaux, bonbons ou toute autre chose que vous aurez fait vous-même seront grandement appréciés. «  Mais, je ne sais pas cuisiner ! » Foutaises. Trouvez une recette et suivez-la. La même chose avec les travaux manuels. Même si votre réalisation n’est pas une réussite, cela montre à celui qui la reçoit que vous avez pris le temps de la faire. Et un bon conseil : soyez dans les premiers. Devancez tout le monde et offrez votre cadeau fait main avant les autres afin d’établir le processus cadeaux pour ce Noël-là. Faites-moi confiance, ils apprécieront le temps que vous avez pris pour fabriquer quelque chose pour eux et ils apprécieront le fait de ne pas avoir à dépenser une fortune pour le cadeau qu’ils vous feront.

10. Planifiez mieux la prochaine fois. Il n’est jamais trop tard pour commencer à planifier pour le prochain Noël. Commencez un petit compte épargne Noël et n’y touchez pas avant la fin de l’année ainsi vous ne risquez pas d’être fauché ou de chercher vos derniers sous ou d’avoir des regrets en ouvrant la boîte aux lettres de janvier.

Passez de bonnes vacances. Remplissez-les de plus d’amour que de cadeaux. Et souvenez-vous que le meilleur cadeau que vous puissiez donner à votre famille est la sécurité financière.
Vous pouvez partager cet article que j’ai traduit avec la permission de Larry mis sur son site :
http://larrywinget.net/blog/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>